Mon essai poetico-motardesque : le Top Team

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Mon essai poetico-motardesque : le Top Team

Message par Invité le Dim 18 Sep - 9:47

Au départ, j'aime faire des rimes, manier la langue de Molière et refaire le monde autour d'une bonne bière.
Et puis, un été, sur un ancien forum SV, c'est parti d'un pari : créer une épopée motarde, à raison d'un épisode par semaine.
Ainsi est né le Top Team.

C'est l’histoire d’une bande de bons potes, rassemblés par la même
passion : la moto.

Grosse bourre dans les Bauges, massif montagneux coincé entre Annecy,
Chambéry et Albertville.

Puis départ pour les vacances, et comme la team est généreuse,
l’aventure n’est pas loin …

Et après l'évènement sportif, l'aventure s’oriente vers le policier.

Extrait :

I] PRESENTATION


Enfin les vacances !
Entrez dans la danse.
Le Top Team est sur le départ ;
il est composé de 6 jobards.

A tous seigneur, tout honneur,
à sa tête, Francky GOES votre serviteur.
Il roule en SUZUKI SV 1000 N;
les gros twins puissants, il les aime !

A sa droite, le sportif Jean FUME,
roi des burns sur le bitume,
pilote le dernier KAWASAKI Z 1000.

A sa gauche, le desperado de la ville,
j’ai nommé Jo BAR le frimeur.
C’est pourtant un gars au grand cœur,
arborant sa DUCATI Monstro S4 R.

Puis vient notre cher mécano Phil TRAERE,
chevauchant fièrement sa TRIUMPH Triple Speed,

accompagné du bon vieux routard Sam SPEED
sur sa HONDA
900 Hornet
toute tunnée,

toujours prêt à accueillir sur sa selle
une pépée.


Le jeune Paulo LESGAZ ferme la marche.
Mais qu’est-ce que cela cache ?
Ne va-t-il pas prendre un coup de sang,
derrière, droit sur sa YAMAHA TDM 900 ?

Vous le saurez au prochain épisode
si vous voulez bien suivre cet exode.


II] LE COMBAT DES CHEFS

Voilà
nos 6 compères en route,

joyeux et affûtés cela ne fait nul doute.

Sam a laissé son stress au journal.
Jean a balancé sa dernière pizza dans le
canal.

Jo a réussi à fermer son bar pour le
week-end.

Paulo s’est libéré de ses éternels net send.
Phil s’est fait remplacer à la concession.

Et Francky comme d’ hab n’a plus un rond !

Ce n’est pas avec son job de musicos,
qu’il va pouvoir s’en mettre sous les
chicos.

Par bonheur, la seule vue de ses potes
fait danser sur le papier ces quelques
notes.

Bon arrêtons là les présentations
car ce qui vous branche, c’est l’action…

Le groupe a stoppé à la sortie de la cité.

Les moteurs sont chauds et les tarmos
excités.

C’est alors que l’homme à la Z1000 crache:
“ Le dernier en haut du col est un lâche
!”


Aussitôt dit les monstres se réveillent et
rugissent

pour prendre le premier virage tout en
glisse.

Dans un nuage de poussière la bande a
démarré.

Qui pourrait parier sur le vainqueur de la
montée ?


De suite les 4 cylindres ont pris l’avantage.

Les autres suivent tant bien que mal avec
rage.

Puis les grandes courbes font place aux
lacets

et les 2 gros bi recollent comme un trait.

Les pneus crissent, les disques
rougissent, les cales pieds frottent.

Les uns s’échangent des jurons, les autres
des coups de bottes.

Dans un concert de décibels, dans une
odeur d’huile et d’essence,

les pilotes font corps avec leur machine :
ils sont en transe !


Paulo est définitivement largué ; le col
est en vue,

quand survient tout à coup l’impromptu :
Francky, le sot, un peu trop d’optimiste
vire le reste des furieux hors de la
piste,

en essayant de faire l’intérieur
mais c’était une grave erreur !

Exit le patron
et ses larrons.
Mais dites-moi qui est le gagnant ?
Celui qu’on donnait comme perdant !
A vouloir faire bien
et épater les siens,
on franchit parfois la limite
entre le vite et le trop vite.

Rassurez vous, plus de peur que de mal.
L’ascension se termine non sans quelques
râles.



III] LA DEBANDADE

Commence une piteuse descente vers la vallée.
Paulo en tête, les autres traînent des pieds.
Le rythme s’est considérablement ralenti ;
C’est un rôle en or pour le petit.
Il conduit les purs au moral très bas
vers la ville pour réparer les dégâts.

A ce moment double un HARLEY 1200 Sportster,
leur ennemi de toujours, Little KEVIN le Biker.
Lui qui d’ habitude se fait pourrir,
esquisse cette fois un large sourire.
En dépassant la
caravane
, le chauffeur livreur

leur tend un grand et long bras d’honneur.
D’un commun accord, le team ravale sa fierté
et laisse l’insolent dans une pétarade s’éloigner.

Le groupe reste dans l'adversité stoïque et
solidaire.

L'amitié est plus importante que de battre le fer.
Mais quand à la malchance se rajoute la guigne
que peut faire l'homme face à ce divin signe ?

V' la t'y pas que Francky tombe en rade
aidé de Phil qui rentrera encore tout crade.
La chute, la bécane n'a pas arrangé
la fuite de carburant faut il colmaté.
C'est donc à quatre que la troupe poursuit
en direction de la cité à la tombée de la nuit.
Sur le chemin apparaît une belle inconnue
que Sam a tort de prendre pour ingénue.
Sur sa monture, il fait monter l'auto-stoppeuse
qu'il conduira au manège des autos tamponneuses.
Les trois derniers compères arrivent à la grande
place

où Jean en faisant une démo de burn laisse une
énorme trace.

Plus loin, Jo décide de s'arrêter au troquet pour
la frime.

Il y réussi si bien qu'il se fait offrir un verre
en prime.

Il ne reste plus qu'à Paulo à courir au cyber-café
afin de raconter aux potes d'un soir la cocasse
épopée.


Ainsi s'est défait le TEAM le plus célèbre.
Reverra-t-on une fois ensemble tous ces zèbres ?

J'ai réalisé une partie de mon rêve en le publiant sur TheBookEdition (comme David pour "Arsouille Mental(e)") :

Le Top Team sur TBE, c'est par ici

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum